Dans cette lettre inédite, Coluche explique son retrait de la présidentielle

Pourquoi avoir renoncé alors que les sondages devenaient très encourageants ? « Le Monde » apporte de nouveaux éléments de réponse grâce à une lettre inédite.

En 1981, la candidature de Coluche à l’élection présidentielle avait largement bousculé l’univers et les codes de la vie politique française. Et puis, soudainement, à deux mois de l’échéance, l’humoriste a finalement renoncé à son projet. Pour quelle raison ? On en sait désormais un peu plus grâce à une lettre inédite révélée le 1er mars 2019 par le journal Le Monde.

Au départ, il ne s’agissait que d’une blague. Seulement voilà, une partie des Français a voulu y croire et Coluche a commencé à se prendre très sérieusement au jeu. Il faut dire que les sondages lui ont prêté jusqu’à 16% des intentions de vote… Objectifs de l’acteur : mobiliser les abstentionnistes et donner la parole à tous ces Français qui ne l’avaient jamais eue.

Et puis voilà, en mars 1981, donc, Coluche finit par abandonner la partie. Une décision qu’il avait alors expliquée dans une lettre jusque là restée secrète. L’humoriste l’avait adressée à Romain Goupil, son directeur de campagne, qui pendant longtemps, avait préféré ne pas en dévoiler le contenu… Extraits :


« J’arrête. Je ne suis plus candidat. »

« Je suis interdit à la radio, à la télé, tous ceux qui ont essayé de me soutenir se sont fait virer, la grande presse fait le silence. »


« J’espère qu’un jour la France aura un gouvernement qui s’occupe des Français plus que des intérêts de sa famille et de ses copains. J’espère qu’un jour les jeunes pourront se promener dans les rues sans que la police ne les agresse »

« Amusez-vous bien mais sans moi . »


Dans sa lettre, dont l’intégralité est à découvrir sur le site du Monde, l’acteur évoque aussi des menaces de mort…

Alors que Coluche redevient, avec les gilets jaunes, une figure de proue de la contestation de l’ordre établi, voici une révélation qui résonne fortement avec l’actualité…


Via : positivr.fr


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments