Conséquence de la saturation des rendez-vous pour les ressortissants étrangers qui doivent renouveller leurs titres de séjour : un vrai trafic s’est mis en place. Un réseau peu scrupuleux profite de la situation pour revendre des rendez-vous pris par des tiers.

Depuis quelques temps, dans le département de l’Hérault, à Montpellier mais aussi à Béziers, un trafic de rendez-vous s’est installé. Il vise tous ceux qui doivent renouveler leur titre de séjour.

Les étrangers en situation régulière ne peuvent plus prendre de rendez-vous sur le site de la préfecture : tous les créneaux sont saturés. 

Résultat, nombre d’entre eux tente leur chance sur un marché clandestin, de peur de se retrouver en situation irrégulière.

Jusqu’à 110 euros pour un rendez-vous

Tout un trafic s’est organisé autour de la prise de rendez-vous sur internet : en fait, des personnes récupèrent des plages horaires pour ensuite les revendre.

Les prix de ces rendez-vous tourne autour des 50 euros et monte parfois jusqu’à 110 euros !  La préfecture a recueilli plusieurs témoignages sur ce trafic juteux. 



Des rendez vous pris via des cyber-cafés de Montpellier

Le procédé se déroule souvent dans des cyber-cafés montpellierains, avec une personne qui a préempté plusieurs rendez-vous avec des adresses mail fictives, créées pour l’occasion sous une fausse identité.

Un fois le client étranger trouvé, le trafiquant annule le rendez-vous et re-réserve immédiatement le même créneau en donnant cette fois, l’identité de l’usager qui a besoin du dit rendez-vous en préfecture.

« Amoral mais illégal »

Bien conscientes de ce trafic, les autorités préfectorales ont décidé de mettre désormais en ligne tous les rendez-vous de façon aléatoire et d’informer les usagers pour les alerter contre ces démarches frauduleuses.

Le hic, c’est que ce trafic en fait l’est pas illégal !  


C’est une offre de service, ils disent je prendrais ce rendez-vous à votre place. On a bien regardé les textes et donc légalement, ce n’est pas illégal d’utiliser un prestataire de service. Mais c’est amoral !

regrette Pascal Otheguy, secrétaire général de la préfecture de l’Hérault.

Une situation angoissante pour nombre d’étrangers. Une de nos équipes a rencontré Youssef, un jeune marocain qui travaille dans un restaurant depuis un an. 


Son titre de séjour expire dans peu de temps et il ne parvient pas à prende un rendez-vous sur le site internet de la préfecture pour le renouveler,
Désespéré, Youssef a tenté, avec son patron, d’acheter un créneaux sur le marché clandestin…

Reportage

Source : rance3-regions.

 


Laissez un commentaire plus bas, ou...

Continuez votre lecture

Suivant ➜



Comments

comments